—À la moindre étincelle, c'était l’explosion, 2015-2019.             




"À la moindre étincelle, c’était l’explosion."

Du côté de mon père on s’est toujours dit pied-noir. Dans cette famille française (d’origine) juive, parler
de l’Algérie était impossible. Parler de l’Algérie ce serait parler de leur vie là-bas, leur départ en 1962
quand l’Algérie française est devenue l’Algérie. Mais ce serait aussi parler de colonialisme, racisme, torture, terrorisme, des mots dangereux que l’on préfère éviter.
L’Algérie indépendante a plus de cinquante ans, pourtant.
Pour reprendre pied dans cette Histoire qui m’habite j’ai entamé une discussion silencieuse avec ma famille, par l’image et le jeu de la mise en scène.
Est-il possible de faire des images des silences ? Qu’est-ce que le silence transmet comme images ?
C’est une histoire du déchirement. Je ne suis pas allée en Algérie. J’ai recréé un territoire à travers les images que j’ai pu trouver sur Internet, dans les archives, les films. Nous les avons rejouées. C’est un combat visuel qui oblige à revenir sur cette Histoire devenue une histoire de famille. Je la raconte à Valence,
France avec mon père, né français à Oran, Algérie en 1956, et ma soeur, née à Valence en 1985, descendante comme moi de cette mémoire jamais transmise.


"Just one spark, and everything could explode." 


On my father’s side, we used to called ourselves « pied-noir. In this french family (from jewish ascendance), talking about Algeria was impossible. Talking about Algeria would have been talking about their life out there, their departure in 1962 when French Algeria became Algeria. But that would also mean talking about colonialism, racism, torture, terrorism, dangerous words that one prefer to avoid. However Independant Algeria has more than fifty years.
To take root in this collective History that inhabit me, I begun a silent discussion with my family, through image and the game of the reenactment.
Is that possible to make images of silences ? Which images passes the silence ?
This is an heartbreak history. I have never been in Algeria. I have recreated a territory through images that i have found on Internet, in the archives, in films. We reenacted them.
This is a visual fight that oblige us to get back on this History became a family history. I tell it in Valence, France with my father, born french in Oran Algeria in 1956, and my sister , born in Valence in 1985, descendant as me of this never passed down memory.




Dessins, photographie, vidéo, édition.

Finalist Unseen Dummy Award 2019 
Finalist C/O Berlin 2020